La commune d’Evere soutient le principe d’un PAD, mais rend un avis mitigé

Photo : © ms-a_asymetrie

 

Projet de Plan d’aménagement directeur « Josaphat » et son rapport sur les incidences environnementales.

Avis de la commune d’Evere.

INTRODUCTION

Historique :

Suite à l’Arrêté du Gouvernement du 29 janvier 2004 relatif à la mise en œuvre de la zone d’intérêt régional n° 13,  les communes d’Evere et de Schaerbeek ont lancé conjointement la procédure d’élaboration de PPAS pour le site « Josaphat ».

Cette mission n’a pas été poursuivie à cause de la décision de la Commission Européenne en 2009 de s’installer sur un autre site.

 

Le 27 mars 2014, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a approuvé le plan directeur Josaphat en première lecture.

 

Le 1 décembre 2016, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale s’est prononcé sur les modifications à apporter en fonction des recommandations du RIE de 2015-2016.

 

En date du 23/05/2019 le Gouvernement a adopté le projet de plan d’aménagement directeur « Josaphat ».

 

La position communale lors de l’élaboration du PPAS n° 810 :

Le 13/02/2007, la commune a adopté le scénario fort ‘A’ qui comprenait :

  • la couverture totale des voies ferrées par une dalle,
  • la création d’un parc en partie nord,
  • la densification des activités productives sur Schaerbeek et la suppression sur Evere,
  • une école européenne près des terrains de sport sur Schaerbeek,
  • l’aménagement d’un grand pôle tertiaire (90.000 m² pour la Commission Européenne),
  • du logement avec petits commerces (184.500 m²),
  • des activités productives (56.940 m²),
  • et de l’équipement (35.260 m²),

 

résultant dans un P/S de 2,2.

 

 

AVIS DE LA COMMUNE D’EVERE

Cet avis sera rédigé en deux parties, à savoir des remarques générales et d'autre part des remarques plus spécifiques.

 

  1. Observations et remarques générales :

Tout d’abord, la commune d’Evere se félicite du travail réalisé par le Gouvernement.

  • La commune d’Evere souhaiterait néanmoins que le périmètre du PAD soit étendu au nord du site en englobant une partie de la rue Auguste De Boeck et de la rue Godefroid Kurth jusqu’à l’avenue Henri Conscience. Ceci afin d’intégrer la placette ‘Kurth’ dans la réflexion générale du site et plus particulièrement dans celle de la gare d’Evere en termes de circulation et d’accessibilité.
  • Vue la forte pression sur les maisons unifamiliales à cause d’une demande importante de subdivision de celles-ci et la croissance importante d’immeubles de logements, la commune regrette que dans ce quartier mixte et durable, il n’y a pas de maison unifamiliale prévue. Etant donné que les maisons unifamiliales deviennent difficilement accessible aux ménages ayant un revenu moyen, la commune souhaiterait l’intégration de ce type de logement dans le périmètre du PAD.

Situé en face du quartier ‘Oasis’, composé uniquement de maisons unifamiliales, le secteur 6b se prête à la construction de quelques maisons unifamiliales qui formeraient une transition douce entre le quartier ‘Oasis’ et les immeubles de gabarits R+3, R+4 et R+8 dans les secteurs 6a & b.

En outre et vu le fait qu’Evere accueille déjà un pourcentage important de logements sociaux sur son territoire, le secteur 4 se prête également bien à la construction de logements unifamiliales accessibles aux ménages ayant un revenu moyen.

  • La commune regrette l’absence d’une école secondaire sur son territoire et souhaite qu’une réflexion soit menée à cet égard.

 

  1. Observations et remarques spécifiques :
  • Dans le volet réglementaire, en ce qui concerne le secteur 4 sur le plan des secteurs, il est à remarquer que c’est le seul secteur pour lequel il n’y a pas de tampon non constructible prévu entre les constructions existantes de logement et la future zone bâtissable. Un écart de minimum 15m devrait être prévu entre ce secteur et les parcelles privées situées au NO, afin d’assurer le maintien d’une zone végétalisée non constructible.

Actuellement, cette zone est principalement occupée par des potagers, des arbustes et des arbres et remplie une double fonction : zone de tampon végétalisée et lieu de rencontre.

Au vu de la future construction de logements et d’un équipement dans ce secteur, le maintien des potagers pourrait être bénéfique au développement de la zone et l’affectation visée.

La commune propose que sur le plan d’implantation un écart soit prévu entre la future zone de construction « R+4 max » et les parcelles privées situées au NO et que les potagers et la végétation existante soient maintenus.

 

  • Réserves concernant le point 7 dans le volet stratégique :

 

  • 7.1. Le nombre restreint d’accès au site semble être judicieux dans le but de réduire au maximum le trafic de transit dans le quartier. Néanmoins, il faudra rester attentif aux conséquences d’un trafic accru à la sortie du quartier, au niveau du boulevard Léopold III. Le Monitoring  de la circulation qui sera effectué par Bruxelles-Mobilité sera utile afin de faire d’éventuelles adaptations.

 

  • 7.2. L’offre de stationnement d’une capacité de 0.7 emplacement par logement hors voirie et 0.3 emplacement par logement en parking public par le système de mutualisation semble insuffisant. Les parkings publics devront accueillir des riverains, des visiteurs, des sportifs et serviront également aux besoins des bureaux, des équipements et des commerces.
  • 7.2.1.1. Neuf emplacements réservés aux voitures partagées sont prévus. Vu l’axe stratégique de diminuer les déplacements motorisés à destination du site et sur le site-même, un nombre plus conséquent d’emplacements réservés aux véhicules partagés devrait être envisagé. Le nombre de 3 pôles d’autopartage est cohérent.
  • Même si le Monitoring de la circulation et du stationnement est une bonne chose en termes de réglages précis, il se fera après l’adoption du PAD et aucune modification substantielle ne pourra encore être réalisée. La commune propose que les résultats du Monitoring puissent donner lieu, si nécessaire, à des modifications structurelles du PAD.

 

  • Sur la carte de synthèse dans le volet stratégique, le RER vélo est implanté à droite du chemin de fer bien qu’au niveau de la gare Bordet le RER vélo se trouve à gauche du chemin de fer.
  • Afin de garantir un trajet fluide sans trop d’obstacle, il serait préférable d’implanter le RER vélo du même côté du chemin de fer qu’à la gare Bordet.

 

  • En ce qui concerne la tour de R+20 à côté de la gare d’Evere, il n’est pas clair où se situe le rez-de-chaussée. Est-il situé au niveau des quais ou au niveau du pont De Boeck ?

Cette hauteur ne correspond pas à la hauteur moyenne des immeubles de référence dans les environs.

La commune propose que la hauteur soit réduite à R+10.

 

CONCLUSION

La commune d’Evere soutient le principe d’un PAD, mais rend un avis mitigé en fonction des éléments précités.

En ce qui concerne la position communale de 2007, le projet actuel a fort évolué et diffère significativement du projet de PPAS n°810. La différence réside principalement dans le fait que les voies ferrées ne seront plus couvert totalement par une dalle et que le grand pôle tertiaire pour la Commission Européenne n’est plus envisagé.

Cependant, le projet de PAD a conservé plusieurs principes importants, notamment la vision d’un quartier mixte et durable par la création d’un grand parc, l’aménagement de différents types de logements avec commerces de proximité, l’installation de différents équipements, d’activités productives et du bureau.

 

Toutefois, le projet de PAD est susceptible d’améliorations au niveau de la densité, la mixité du type de logement, la mobilité, l’espace vert à conserver ainsi qu’au niveau du périmètre. Afin que le PAD s’intègre bien dans le tissu urbain existant environnant, il serait souhaitable que le Gouvernement tient compte des remarques émises par la commune d’Evere.